Georges Holderith

En 1912 Georges HOLDERITH a vu le jour à Lauterbourg le 18 septembre . Il y effectua ses premières années de scolarité à l’Ecole Primaire, puis à l’Ecole Primaire Supérieure, notre actuel collège qui désormais portera son nom.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

En 1954, Il entame sa carrière administrative : Nommé Inspecteur d’Académie à Bourg-en-Bresse puis à Metz ( 957) il est appelé en 1960 au Ministère comme Directeur Général Adjoint de l’Enseignement du Premier Degré. A ce titre il prend une part active aux négociations entre les autorités religieuses d’Alsace et le Ministère de l’Education sur la mise à jour du statut scolaire local.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Eléve-maître à l’Ecole Normale d’Obernai, il est nommé en 1932 instituteur-adjoint à l’école de Lauterbourg, dont il devint par la suite le directeur. Musicien dans l’âme, Georges Holderith crée une chorale d’enfants, les Petits Chanteurs de Lauterbourg, dont le renom dépasse à l’époque les limites de l’Alsace.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Inspecteur Général de l’Instruction Publique pour l’allemand , il prend plus spécialement en charge les problèmes que pose l’enseignement de cette discipline dans l’Académie de Strasbourg. Ardent défenseur de la vocation bilingue de l’Alsace, il met tout en œuvre pour assurer la permanence, en particulier ce qu’il est convenu d’appeler la Réforme Holderith, qui tient compte de l’acquis dialectal des enfants et des dispositions qui permettent à tout élève d’expression dialectale ou non de bénéficier d’une Initiation à l’allemand dés le CM 1 de l’Ecole Elémentaire. Sur le plan international, il assume d’importantes responsabilités comme représentant de la France au Conseil d’inspection des Ecoles Européennes et à la Commission chargée de la réforme du Baccalauréat européen.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

En 1939, sa famille est évacuée en Haute-Vienne, où il la rejoindra après sa démobilisation. Enseignant au Collège Technique de Nîmes, il poursuit ses études à la Faculté de Montpellier avant d’être nommé au Cours Complémentaire de Châteauroux. Dés décembre 1944 l’Inspecteur d’Académie du Bas-Rhin l’appelle à Strasbourg pour y faire fonction d’Inspecteur de l’Enseignement Primaire.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Quelques jours avant son décès, survenu le 22 avril , il met la dernière main à une anthologie "Poètes et Prosateurs d’Alsace", vaste panorama de la littérature alsacienne des origines à nos jours.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

En 1947, Georges Holderith passa l’agrégation d’allemand ,nommé d’abord au Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, il revint à Strasbourg au Collège Technique industriel, devenu entre temps le Lycée Louis Couffignal.

 

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Officier de la Légion d’Honneur, Commandeur des Palmes Académiques, premier lauréat de l’Institut des Arts et Traditions Populaires d’Alsace, Georges Holderith s’est vu décerner également, en raison du rôle déterminant qu’il a joué dans les relations culturelles franco-allemandes, la plus haute distinction civile de la République Fédérale d’Allemagne.

Tous ces honneurs portent témoignage des services éminents que cet Alsacien de Lauterbourg a rendu à l’Alsace et à la France.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to Twitter

Se rendre au collège

Remonter